Quelques chiffres

Pendant mon séjour, je me suis amusée à compter quelques unes de mes activités :

Auberges : 25 (49 nuits)
Voitures en stop : 90
Restos : 22
Fast food + fish&chips + streetfood : 22
Wwoofings : 7
Cinémas : 4 (Bohemian Rhapsody, How to train your dragon 3, Glass, Captain Marvel)
Campings : 10 (14 nuits)
Les 5 musiques les plus écoutées : Parce qu’on est jeunes (Oldelaf), Notes pour trop tard (Orelsan), On my Own (BO The Boy and the beast), Jolene (Dolly Parton) et Add it up (Violent Femmes)

Et enfin, je vous dire un tout grand merci à toutes ces personnes que j’ai rencontrées sur ma route, avec qui j’ai discuté, mangé, travaillé, partagé, ris, qui m’ont aidée ou soutenue d’une quelconque manière et qui ont participé à faire de mon voyage un superbe souvenir !
Merci à Rhianna, Wendy, David, Nanami, Ayano, Sara, Edward, Tom, Sélène, Guillaume, Pierre, Anastasia, Nolwenn, Rainbow Lodge’s staff, Dirken, Leslie, Bill, John, Cyrielle, Olivia, Camille, Sascha, Adam, Ross, Jon, Carol, Raymonds, Anna, Audrey, The Swiss, The 3 Wind-surfers, Maartje, Migwel, Pauline, Daryll, Lena, Isabelle, Hanna, Hanna, Christine, Grant, Ella, Xavier, Eva, Erolan, Ken, Roger, Doreen, Frenzie, Bobbe, Estelle, Holly !

Publicités

Auckland // Derniers jours et retour

Et voilà, il m’a donc fallu redescendre sur Auckland le lendemain pour mes deux derniers jours en Nouvelle-Zélande.
J’avais réservé une auberge vraiment pas chère, The Station Backpacker, mais je la déconseille vivement. Déjà, elle était assez excentrée et il m’a fallu pas mal de temps pour la rejoindre avec tous mes sacs. Mais en plus, et surtout, c’était vraiment vraiment miteux ! De la carpette dégueu partout, des douches sans aucun espace pour se sécher ou s’habiller (littéralement aucun espace cette fois, il fallait se changer dans les toilettes), aucun ustensile dans la cuisine, même pas un four ou un micro-onde pour cuire et seulement 2 taques pour tout le monde, etc etc Et je me suis même pris la tête avec une femme de ménage parce qu’elle avait remballé toute ma nourriture dans des sacs plastiques (ce qui m’a d’ailleurs valu de la chercher partout pendant une demi heure) parce qu’elle ne voulait pas qu’on utilise des sacs réutilisables au cas où ils couleraient et qu’elle devrait alors nettoyer le frigo.

Enfin, passons, heureusement, les autres filles dans ma chambre était super sympas !

J’avais déjà pas mal visité Auckland au final, et j’ai donc mis à profit ces deux derniers jours, de un pour trier mes affaires, de deux pour me balader et profiter encore un peu de l’été, et de trois pour faire mon shopping cadeaux souvenirs !
Dans l’ensemble, j’ai été plutôt bien occupée.

Mais finalement, le 27 mars au matin, mon sac tellement bien rangé et trié qu’il était encore plus petit qu’à l’allée malgré tout ce que j’emportais en plus, j’ai finalement pris la direction de l’aéroport. Plus un sous en poche mais un énorme sourire aux lèvres et des souvenirs plein la tête !

Whangarei // Musée et cascades

Le lendemain donc, je quitte Paihia et la côte pour redescendre un peu plus au sud à Whangarei. J’arrive d’ailleurs dans une très belle auberge, très cosy (ironiquement, c’est une ancienne prison).

Je profite de l’après midi pour aller visiter le port.

Le lendemain, ma dernière journée avant mon retour à Auckland, je pars explorer un peu les alentours ainsi que la galerie d’art.

Je finis même par dénicher un souffleur de verre !

Mais ce que je veux vraiment voir dans cette ville ce sont les fameuses Whangarei Falls. Il faut toutefois compter presque 2h à pied et je ne traîne donc pas trop pour me mettre en route.

Arrivée sur place, je ne suis pas déçue par la vue !

Je cours donc me mettre en maillot et entreprend la descente jusqu’au bassin.

L’eau était vraiment froide par rapport aux cascades de Kerikeri mais je finis par m’y habituer.

Il commence par contre à y avoir beaucoup de monde et je finis donc par ressortir pour me sécher. En m’éloignant, je remarque un petit sentier qui longe la rivière et qui semble retourner en ville. Pour l’aller, j’avais pris par la route. Je décide donc de prendre ce nouveau chemin qui semble bien plus agréable.

Et en effet, c’est un beau petit sentier qui passe à travers champs et forêts. Il rejoint simplement une route peu fréquentée pendant environ 1km avant de se renfoncer à nouveau dans le bush (il est un peu plus long que le chemin par la route mais ça vaut la peine).

En arrivant de nouveau vers la civilisation, il me fait même prendre un petit détour dans une genre de mangrove vraiment surprenante.

Paihia // Une journée à Russel

Le lendemain, on décide de passer encore un peu de temps ensemble avec Holly en allant visiter Russel, l’ancienne capitale de la Nouvelle-Zélande se trouvant juste en face de Paihia et facilement accessible en bateau (12$ aller-retour)

Rien que la petite balade en mer, ça vaut la peine !

Une fois sur place, on commence par un petit tour des quelques rues touristiques pour observer les beaux bâtiments.

Ensuite, direction la balade du Flagstaff Hill (environ 20-30 minutes mais ça ne fait que monter et bien raide).

Une fois en haut, la vue est juste superbe ! Un splendide 360 sur la Bay of Islands !

L’histoire du mat est d’ailleurs assez intéressante et je vous invite à aller la lire.

Nous sommes ensuite redescendue pour une petite balade le long de la côte.

Il faut avouer qu’il n’y a pas énormément de choses à faire à Russel mais l’endroit est vraiment beau et vaut bien le détour pour un après midi. Nous en avons donc bien profité.

Toutefois, il nous a bien fallu rentrer, je partais tôt le lendemain matin et j’avais encore mon sac à faire.

Paihia // Toujours plus de cascades !

Mais ma journée ne s’arrêtait pas là ! Toute la visite plus l’aller-retour à pied depuis Paihia jusqu’au Treaty Grounds ne m’avait prit que quelques heures.
Rentrant à l’auberge et discutant un peu avec une fille de ma chambre, Holly, on se rend vite compte qu’on est toutes les deux bien motivées à profiter un max du soleil et de la chaleur ! On prend donc sa voiture, direction Kerikeri (ville voisine) et les fameuses Rainbow Falls !

La cascade est juste splendide avec ce petit lagon et la caverne à l’arrière (même s’il y avait très peu d’eau à cause de la sécheresse).

Il n’y a presque personne et on en profite donc pour se mettre en maillot et se jeter à l’eau !

Nageant jusqu’à la cascade, on décide de sortir de l’eau de ce côté là et d’escalader les rochers pour atteindre la caverne à l’arrière.

Il faut avouer que grimper de gros rochers super glissants à pieds nus et en maillot, c’était pas tellement l’idée du siècle mais c’était assez drôle ! Surtout que la vue à l’arrière en valait vraiment la peine.

Après avoir nagé encore un peu, on décide d’aller voir une autre cascade un peu plus loin, Charlie’s Rock (attention, pas évident à trouver même avec le gps).

On est un peu tard et le soleil n’éclaire déjà plus l’eau mais bon, c’est toujours l’été ici et on a pas trop à se plaindre. On repart donc pour un nouveau plongeon !

Une petite douche sous la cascade, le temps de se rendre compte que c’est bien moins agréable que ça n’en a l’air dans les films (l’eau c’est puissant),…

…et on finit par rentrer vers Paihia pour un petit resto chinois !

Paihia // Waitangi Treaty Grounds

Arrivée dans mon auberge, je fais rapidement connaissance avec mes trois « roomates » avant de passer l’après midi à me balader dans la ville. Bon, il faut avouer qu’on ne vient généralement pas à Paihia pour faire du shopping mais, l’après midi étant déjà bien avancée, je la joue calme. J’en profite également pour nettoyer ma tente afin de lui trouver un nouveau propriétaire. N’ayant plus de camping de prévu, il est temps de passer la main. Heureusement, entrer dans une cuisine pleine de backpackers et crier « Qui veut une tente gratuite ? », c’est plutôt efficace.

Mais il est temps de se mettre à explorer. Un des incontournables de la région, c’est le Waitangi Treaty Grounds.

Il s’agit donc du lieu où fut signé, en 1840, le premier accord entre la couronne britannique et les chefs de tribus maoris dans le but de faire de la Nouvelle-Zélande une nation britannique (en résumé bien sûr, pour en savoir plus, aller visiter).

J’avoue que l’entrée n’est pas donnée mais vous pourrez régulièrement trouver des réductions sur le site BookMe.
Sur place, vous retrouverez donc tout d’abord un très chouette musée, The Museum of Waitangi, comprenant l’histoire complète des traités ainsi que des expos temporaires (lors de mon passage, il y avait une expo photo très intéressante sur l’adaptation des immigrants chinois en Nouvelle-Zélande). Vous découvrirez également un atelier de sculpture et gravure sur bois…

…la fameuse Treaty House où résidait le gouvernement britannique,…

…également le Flagstaff qui marque l’emplacement exacte où fut signer le traité, le plus grand canoë cérémonial de guerre qui est mis à l’eau une fois par an,…

…et surtout, point fort de la visite, The Carved Meeting House symbolisant l’accord. Durant la visite, cette superbe maison gravée, sera le lieu de la cérémonie traditionnelle de bienvenue. Les artistes vous montreront ensuite toute leur habilité en préformant divers mouvements traditionnels maoris et en chantant (on avait le droit de prendre des photos mais pas de filmer, vous ne verrez donc rien dans la vidéo).

Il faut avouer que c’était très impressionnant !

En dehors de tout ça, le parc en lui-même est assez joli et permettra donc quelques balades.

L’entrée comporte aussi une visite guidée mais, honnêtement, après avoir déjà fais le tour par moi-même et tout lu sur les informations, je n’en voyais plus vraiment l’intérêt et suis donc repartie vers l’auberge.

Paihia // Voyage et Haruru falls

Le vent était bien tombé pendant la nuit, je n’ai pas eu à me plaindre du froid. Par contre, au petit matin, c’est la pluie qui a commencée à tomber. D’abord doucement, elle a finit par percer la fine toile de ma tente, m’obligeant à tout remballer en vitesse. Il est encore tôt mais Bobbe est déjà debout et nous ne traînons donc pas sur place.
On décide d’emprunter une route un peu plus longue mais passant par de magnifiques endroits.

C’est vrai que la météo n’est pas vraiment de notre côté mais, petit à petit, le ciel finit quand même par se dégager. On longe la côte en passant par Matauri bay.

Finalement, nous arrivons aux portes de Paihia et de la fameuse Bay of Islands (nommée ainsi à cause des très nombreuses petites îles présentes dans la baie). Juste avant la ville, nous passons devant les Haruru falls où nous décidons de nous arrêter pour quelques photos.

Petit fait comique : le parking est envahi par des poules sauvages !